Aller au contenu
feu
Illustration

Applis de rencontre : amies ou ennemies ? 

Elles sont devenues incontournables dans la vie gay. Les applications de rencontre sont aussi populaires que critiquées, souvent à juste titre. État des lieux.

Temps de lecture : 3 min

La rencontre gay a évolué et de nouveaux usages de drague sont apparus. Les lieux de drague institués historiquement comme les bars, discothèques ou saunas ont cédé la place aux applications de rencontre spécialisées LGBT.

À sa création en 2009, Grindr introduit une petite révolution dans le monde de la rencontre gay. Grâce à son système de géolocalisation, l’application permet de voir qui sont les personnes connectées les plus proches de soi en temps réel où que vous soyez, de façon anonyme. Trouver des partenaires sexuels (ou amoureux) n’a jamais été aussi facile. Sa popularité dans le monde entier en a fait un outil incontournable pour les gays, dont le premier réflexe en arrivant quelque part est souvent d’allumer Grindr pour voir qui se trouve autour.

Des concurrents ont vu le jour depuis : Hornet, Jack’d, Scruff, Tinder (qui cible hétérosexuels et homosexuels), etc. Chacune tente de se démarquer. Certaines proposent d’autres services comme des agendas de sortie ou des articles liés à la culture gay comme Hornet ou Jock.life. Certaines sont spécialisées par type d’homme : Scruff pour les hommes poilus, Growlr pour les bears…

Un supermarché du sexe ?

Un tel succès entraîne forcément des critiques. On a notamment reproché à Grindr de transmettre des données sensibles comme le statut VIH de ses utilisateurs à des entreprises tierces. Suite à ce scandale, Aides a appelé à boycotter l’application. Au-delà de ça, c’est l’utilisation frénétique de ces outils qui pose problème. Ces applis feraient-elles plus de mal que de bien ?

Une étude publiée en 2018 montrait que Grindr rendait malheureux 77 % de ses utilisateurs et Tinder 56 %1. En cause, la brutalité de certains échanges, qui donnent l’impression d’un supermarché du sexe, où sont avantagés les physiques correspondant aux stéréotypes et aux canons d’une certaine beauté : musclés, blancs, avec un sexe XXL.

Plusieurs comptes Instagram dénoncent en particulier la discrimination dont certains peuvent être victimes sur les applis, à l’image du compte Personnes racisées vs Grindr2.

Les applications peuvent être un lieu de discrimination. On a vu trop souvent des profils qui disent ne pas vouloir « de gros, d’asiat, de noir », etc. Il est légitime d’avoir des préférences pour certains types d’hommes, mais afficher ses « préférences » avec un message négatif est blessant vis-à-vis de ceux qui sont concernés.

Si les applications ont une responsabilité évidente quant à la modération des propos de leurs utilisateurs, gardez à l’esprit que ces outils sont ce que vous en faites ! Respect et empathie doivent être la règle. N’oubliez pas que derrière chaque profil, il y a un être humain.

Bon à savoir

Si vous pensez être dépendant des applications de rencontres et/ou si elles vous rendent malheureux, vous pouvez en parler avec un sexologue ou un addictologue.

Faites attention aux prédateurs !

Sur un autre plan, le succès de l’application attire aussi les prédateurs. Certains agresseurs se servent des applications de rencontres pour piéger leurs victimes. Les journaux font régulièrement état d’agressions par ce biais.
Prenez donc vos précautions ! Pour une première rencontre, prenez le temps de dialoguer avec la personne afin de vous faire une idée sur sa personnalité. Et lors de la première rencontre, privilégiez un lieu public. Si vous vous rendez chez un inconnu, prévenez un ami du lieu où vous vous rendez et de ce que vous savez sur la personne que vous êtes censée rencontrer.

Les agresseurs peuvent aussi être institutionnels. Dans les pays où l’homosexualité est illégale, les policiers peuvent aussi s’en servir pour piéger les utilisateurs. La prudence est donc plus que conseillée dans ce type de pays.

27 Millions

C’est le nombre d'utilisateurs de Grindr en 2017 dans le monde entier, avec environ 3 millions d'utilisateurs qui se connectent chaque jour. 

Sources :

  1. https://gcn.ie/high-levels-unhappiness-grindr-users-study-find/
  2. https://www.instagram.com/pracisees_vs_grindr/